• Visite du père Noël

    Dimanche 21 Décembre 2014 – Visite du Père Noël au centre de secours
    Le Père Noël avait apporté des cadeaux aux enfants, des fleurs aux épouses et un apéritif dinatoire pour tous !
  • Sainte-Barbe départementale

    Le vendredi 12 décembre dernier avait lieu, au CS de Belfort-Nord, la cérémonie de Sainte-Barbe départementale.

    A cette occasion, et entre autres promus, 3 sapeurs-pompiers du centre de secours de Beaucourt ont été mis à l’honneur :

    Le Sapeur Amélia NICOLAY, s’est vu remettre l’écusson de manche du corps départemental suite à sa réussite au brevet national de JSP

    Le Sergent Hervé KIEFFER à reçu la médaille d’honneur des sapeurs-pompiers, échelon vermeil pour 25 ans de services.

    Le Lieutenant Denis GALLI, chef de centre à été promu Capitaine de sapeurs-pompiers volontaires au 1° décembre.

    Le caporal-chef Philippe PERRIN, en retraite depuis le 1° avril 2014, a reçu un médaillon gravé et numéroté du SDIS 90 en remerciements des services rendus.

  • Affaissement salle Jeanne d’Arc

    FAITS DIVERS – A BEAUCOURT, LORS D’UNE FÊTE DE MARIAGE, LE SOL DE LA SALLE JEANNE D’ARC S’EST PARTIELLEMENT EFFONDRÉBEAUCOURT : LE SOL DE LA SALLE JEANNE D’ARC S’EFFONDRE PENDANT UN MARIAGE (Est républicain 14/12/14)

    Les participants à la fête s’en sont tirés avec une belle frayeur, samedi soir.

    er141214

    Les faits se sont déroulés lors d’une fête de mariage à la salle Jeanne-d’Arc, rue du Château-d’eau, propriété de la paroisse de Beaucourt.

    La fête privée était bien engagée lorsqu’en fin de soirée, une partie du sol de la salle s’est effondrée.

    Les sapeurs pompiers sont aussitôt intervenus et les participants évacués. Certains ont été transférés à l’hôpital. Mais sans blessures physiques. Simplement pour effectuer des examens de contrôle. Il s’agissait plus de bouleversements psychologiques.

    « Nous n’avons jamais rencontré de problèmes avec cette salle », témoignait hier, le sénateur-maire, Cédric Perrin, qui, lui aussi s’est rendu sur les lieux pour constater les dégâts.

    « D’autant plus que les locaux avaient été rénovés, il y a trois ans », précise l’élu. « Bien entendu, les sols et le carrelage aussi ». Qui n’ont pas fait un pli sous le poids des convives, ce qui pourrait laisser penser à une malfaçon.

    Evidemment, la salle a été fermée jusqu’à nouvel ordre. En attendant que les experts fournissent leurs conclusions. Et que de nouveaux travaux de réfection soient programmés.

     

    NB : Moyens engagés : VSAV – FPT – VLC Beaucourt – VSAV 1 et 2 Delle – Lance 90 – Gendarmerie

  • Détecteurs de fumée: plus que trois mois pour s’équiper

    Paris, 6 déc 2014 (AFP), le 08 décembre 2014 à 11:18

    La grande majorité des Français ne se sont pas encore équipés d’un détecteur de fumée. Il leur reste trois mois pour le faire. Bonne nouvelle: l’installation est simple et ça ne coûte pas cher.

    Quand faut-il s’équiper et qui paye ?
    La loi de prévention contre les risques d’incendie adoptée en mars 2010 impose l’installation de détecteurs avertisseurs autonomes de fumée (DAAF) dans les logements avant le 8 mars 2015. La loi, modifiée en 2014, prévoit que c’est le propriétaire du logement qui doit l’équiper d’un détecteur et s’assurer de son bon fonctionnement. Le propriétaire peut fournir le détecteur à son locataire ou lui rembourser son achat.

    Comment faut-il installer les détecteurs ?
    La loi requiert l’installation d’au moins un détecteur par habitation mais les pompiers conseillent d’en installer plusieurs, au minimum un par étage, idéalement dans chacune des chambres et des « salles de vie ». « Plus le détecteur est haut et central dans la pièce, plus il est efficace. Mais, où qu’il soit, un détecteur est utile dès qu’il est activé », dit le commandant Didier Rémy, de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France.

    Combien de vies pourront être sauvées ?
    En France, les incendies domestiques font entre 600 et 800 morts et plus de 10.000 blessés chaque année. Les incendies de nuit représentent 30% des incendies mais 70% des victimes, faute d’avertissement. « Les détecteurs servent à nous réveiller la nuit. Les flammes ne réveillent pas et le monoxyde endort », explique à l’AFP le capitaine Céline Guibert. Les professionnels du secteur estiment que l’installation des DAAF « constitue un immense espoir de réduire de moitié le taux de mortalité par intoxication en France ». Le DAAF a permis de réduire de près de 60% le nombre de victimes d’incendies domestiques dans les pays où il a été rendu obligatoire, selon la Fédération française des Métiers de l’incendie (FFMI).

    A trois mois de l’entrée en vigueur, combien de Français se sont équipés ?
    Les professionnels du secteur évoquent un taux d’équipement de 15%.
    Selon les pompiers, entre 15 et 20% des foyers ont acheté un détecteur mais sans forcément l’installer.

    Combien ça coûte ?
    Le prix va de 15 euros pour un modèle de base à 40 euros pour un détecteur avec une autonomie de dix ans, celui que préconise les pompiers. Des détecteurs équipés du wi-fi, qui envoient une alerte sur le téléphone en cas de fumée, coûtent plus de cent euros. Les autorités redoutent la mise en circulation d’appareils non certifiés à l’approche de la date butoir. Les professionnels recommandent d’acheter des DAAF portant la marque NF « en plus du marquage CE obligatoire ».

    Que faire si le détecteur sonne ?
    Le détecteur n’est qu’une alarme. « On vérifie s’il y a incendie, prudemment, sans ouvrir les portes en grand », explique le commandant Rémy.
    « S’il y a incendie, il faut regarder si on peut l’arrêter d’un simple geste.
    Dans le cas contraire, on isole l’endroit en fermant la porte. Ensuite on évacue tout le monde ou on se met à l’abri en se calfeutrant dans une pièce avec fenêtre et on appelle les secours. Il faut se rappeler que la fumée tue, qu’elle est toxique, opaque, chaude et mobile ». Par ailleurs les pompiers préconisent de tester le détecteur régulièrement et de parler des bons réflexes à avoir en famille, même aux enfants les plus jeunes.

    Que faut-il faire vis-à-vis de l’assurance ?
    Une attestation d’installation sur l’honneur doit être envoyée à la compagnie d’assurance. Une lettre-type est souvent fournie avec les appareils.
    La loi suggère aux assureurs d’accorder des remises sur les cotisations en cas d’installation de DAAF, ce que certains pratiquent déjà en proposant des baisses allant de 5 à 10%. En revanche, aucune sanction n’est prévue en cas de
    non-installation: de manière générale, les assurés resteront indemnisés en cas d’incendie et ne pourront pas se voir refuser une assurance s’ils ne produisent pas l’attestation d’installation.

    Auteur : AFP   Publié par : FNSPF

  • Chute de cheval

    Samedi 13 décembre à 15h53, le CODIS 90 déclenche le VSAV Beaucourt pour chute de cheval sur la commune de Saint-Dizier-L’évêque. Le VSAV se présente à 16h01 et demande renfort du SMUR pour une femme ayant un traumatisme crânien.

    131214

    Le SMUR de Belfort et l’OG sud complète le dispositif. Une DZ est organisée sur la RD 57 pour permettre la posée de DRAGON 25 et le transport de la victime sur le CHU de Besançon.

     

    Moyens engagés : VSAV & VLC BEAUCOURT – SMUR Belfort – DRAGON 25 – Gendarmerie

  • Sainte Barbe Beaucourtoise

    ER011214