• La château Robert en feu

    Vendredi 22 novembre, à 22h59, le CODIS 90  engage FPT-EPS-VSAV Beaucourt, FPTSR Delle, VLC Sud pour feu de pavillon à Beaucourt.

    A l’arrivée du FPT quelques minutes plus tard, les secours constatent que l’incendie concerne le château Robert Japy, Parc des cèdres. Le feu ravage le rez-de-chaussé (environ 400m²) et la façade coté Impasse des Frênes. 4 LDv sont établies sur les FPT.

    ER231114D

    L’officier de garde demande renfort de la CECOS pour les ARI. L’OPD se déplacera sans prendre le COS.

    De nombreuses relèves auront lieu jusqu’au le,demain soir 21H.  Certains n’ont pas vu le début de la soirée de Sainte-Barbe !

    Le FPT retournera éteindre une poutre le lendemain.


     

    Est républicain du 23 novembre 2014.

    «C’est triste », lâchait au cœur de la nuit Cédric Perrin, sénateur-maire de Beaucourt alors qu’il assistait à ce qui ressemblait au chant du cygne du château Robert-Japy, situé à l’entrée du parc des Cèdres depuis la rue Pierre-Sellier. « Même s’il n’a pas de valeur particulière, il appartient au patrimoine de Beaucourt ».

    ER231114D

     

    Comme nous le notions dans la nuit de vendredi à samedi sur le site www.estrepublicain.fr, l’alerte a été donnée vendredi soir à 23 h. Quand les sapeurs-pompiers sont arrivés, « le feu concernait déjà plusieurs niveaux », précisait le capitaine Oser, l’officier de garde du secteur. Vingt-cinq hommes (14 de Beaucourt, sept de Delle et quatre de Belfort) ont été dépêchés. Quatre lances, dont une sur échelles, ont été déployées.

    Vers 1 h du matin, les pompiers avaient réussi à stopper le sinistre dans les premiers niveaux mais le feu couvait encore dans les combles d’où s’échappait une épaisse fumée. « Les hommes ont progressé normalement dans les niveaux », soulignait le capitaine Oser. Car l’imposante demeure était vide et ce sont principalement les parquets, plafonds et autres moulures en bois qui ont brûlé.

    D’après les premiers éléments, le feu aurait pris au premier étage dans la partie arrière du château et se serait propagé aux combles.

    « Nous attendions des jours meilleurs »

    ER231114

    Propriété de la Ville de Beaucourt depuis 2007 et le rachat d’un « package » comprenant aussi l’usine et la fonderie, le château Robert était depuis vide, sans eau ni électricité. « Il y a eu quelques projets, quelques pistes mais qui n’ont pas abouti », rappelait Cédric Perrin. « Nous voulions que se construise un projet autour de l’hôtellerie, que ce lieu reste ouvert au public alors que pas mal de projets présentés concernaient du locatif ». Et le maire de noter que pour une ville comme Beaucourt, posséder un tel patrimoine n’était pas chose facile. « C’est très compliqué avec les moyens financiers dont nous disposons. Nous attendions des jours meilleurs pour envisager quelque chose ».

    Des riverains, hier matin, faisaient remarquer que le château était régulièrement squatté, de jour comme de nuit. Chose que confirme le maire : « Nous essayions régulièrement de le fermer mais constamment il était à nouveau squatté. Des riverains m’ont d’ailleurs signalé qu’ils avaient entendu du bruit dans le château vendredi soir ». Une situation qui fait osciller le maire entre « tristesse et colère ». Car hier matin, force était de constater qu’il ne restait que les quatre murs. « C’est mort », concluait dépité Cédric Perrin.

    Un autre château Japy, le château Jules, avait connu pareille infortune, un incendie l’ayant détruit en 1975.

    Voir l’article « papier »

    Laurent ARNOLD et Pascal CHEVILLOT Toutes nos photos sur le site www.estrepublicain.fr

  • AVP…

    Jeudi 21 novembre, 13H, le CTA-CODIS reçoit un appel pour un véhicule ayant dévalé une pente (rue du clocher à Beaucourt) et se retrouvant en équilibre instable quelques dizaines de mètres plus loin. Le VSAV et le FPT du CIS de BEAUCOURT se rendent sur place et constatent qu’aucune victime ne se trouve à l’intérieur.

    2014-11-20A 2014-11-20C

    Un périmètre de sécurité est mis en place ainsi qu’une protection incendie. L’opération de relevage a été effectuée par un dépanneur spécialisé. La Gendarmerie et la Police Inter-Communal ont régulés la circulation.