• Dramatique accident de la route

    Est- républicain. http://estrepublicain.fr du 07 septembre 2014

    Hier après-midi, une collision entre une voiture et une moto a fait un mort et un blessé grave à Fêche-l’Eglise, dans le Territoire de Belfort.

    Belfort. Les routes du Territoire de Belfort ont été endeuillées par la mort d’un motard de 23 ans, hier après-midi, à Fêche-l’Eglise, une commune coincée entre Delle et Beaucourt, près de la frontière helvétique.

    Selon les témoignages recueillis sur place, une moto arrivait de Delle sur le CD 465 et roulait en direction du Pays de Montbéliard. Il semblerait que la voiture roulait dans l’autre sens et devait emprunter la RD 36 en direction de Grandvillars. Pour le reste, les circonstances n’étaient pas définies avec précision, hier soir. Malgré tout, les gendarmes de la communauté de brigades de Delle tentaient de les déterminer mais paraissaient privilégier un non-respect de priorité ou une faute d’inattention.

    070914

    Les témoignages que nous avons recueillis, laissaient entendre que le véhicule aurait bifurqué pour emprunter la RD 36. Les gendarmes cherchaient à savoir si le véhicule avait marqué la priorité en laissant passer la moto ou si elle lui avait coupé la route. En tous les cas, la moto a heurté la voiture au niveau de l’aile avant gauche Les gendarmes attendaient d’entendre un automobiliste qui suivait le véhicule accidenté, pour établir les responsabilités.

    A l’arrivée des pompiers commandés par le lieutenant Richard Pelletey et des médecins du Samu, la moto, après avoir traversée la route, était couchée dans le talus, sur le bord droit du CD 465. Ses deux passagers, deux hommes âgés de 23 et 21 ans et résidant à Courcelles-lès-Montbéliard et Valentigney, ont été éjectés. Polytraumatisé, le plus âgé, qui pourrait être le pilote est décédé. Les secours n’ont pu le ranimer.

    Héliporté vers Besançon
    Le plus jeune était dans un état grave. Placé dans un matelas coquille par le Samu, il a été récupéré sur un espace annexe au terrain du stade de football de Fêche-l’Eglise par l’hélicoptère Dragon 25. Vers 19 h 40, celui-ci a décollé et a pris la direction de Besançon. Les médecins demeuraient prudents sur le pronostic vital de cette seconde victime, polytraumatisée elle aussi.

    La conductrice, qui est impliquée dans la collision, était très choquée. Elle a été prise en charge par les pompiers du Sud Territoire et conduit vers le centre hospitalier.

    Pendant les constatations et les opérations de secours, les motards de l’escadron départemental de sécurité routière ont organisé la circulation au niveau d’une intersection très empruntée et qui a, de surcroît, mauvaise réputation. Les militaires ont choisi de couper la route et de dévier la circulation sur Saint-Dizier pour les voitures venant de Beaucourt et sur Grandvillars pour les voitures venant de Delle.

    Pascal CHEVILLOT

     

  • Incendie à Réchesy

    La colonne de fumée rougeoyante se voyait à des kilomètres à la ronde samedi soir autour de Réchésy (90).

    rechesy070914

    La colonne de fumée rougeoyante se voyait à des kilomètres à la ronde samedi soir autour de Réchésy (90). Il est environ 22 h 30 lorsqu’une trentaine de pompiers du Territoire commandés par le lieutenant-colonel Christian Jeandemange ont convergé sur l’incendie à Pizzathèque, un établissement spécialisé dans les pizzas et les tartes flambées à emporter, situé route de Pfetterhouse. « Les flammes avaient percé la toiture », résume l’officier de garde départementale. « Le bâtiment de deux étages était la proie d’un embrasement généralisé. » A l’intérieur, les planchers et les escaliers se sont déjà effondrés et les murs sont à nu après la disparition des revêtements. Consigne est donc donnée aux hommes de ne pas pénétrer dans le bâtiment et de ne pas s’en approcher. Les soldats du feu craignent que des pans de murs fragilisés ne s’effondrent.
    Autre élément important : il n’y a pas de bornes à incendie. Ce détail avait d’ailleurs conduit la commission de sécurité à émettre un avis défavorable à l’ouverture d’une pizzéria recevant du public. Il a donc poussé le propriétaire à créer une activité de vente à emporter mais celle-ci connaîtrait des difficultés et devait être mise en vente.
    En attendant, les pompiers doivent se ravitailler dans le centre de Réchésy au moyen de camions citernes. Leurs allers et venues se sont poursuivis toute la nuit. Mais il est trop tard pour sauver le bâtiment principal. La direction des secours a donc demandé aux hommes de laisser brûler et de ne protéger que le laboratoire de fabrication des pizzas. Peu à peu, l’intensité du feu a baissé ce qui a permis d’inonder les flammes. Vers 2 h 30, les grosses lueurs de couleur orange ont disparu. Ils ne restent que des flammèches. Reste une question troublante voire inquiétante : où sont donc passés le gérant de Pizzathèque et sa famille ? Une affichette à l’entrée de la propriété laisse entendre qu’ils sont en vacances. Seulement les secours s’étonnent de la présence du chien totalement affolé, d’une voiture dont les portes ne sont pas fermées à clé et d’un cyclomoteur. Ils sont tous les deux garés à proximité de la maison. Une porte d’entrée est fermée de l’intérieur, comme en témoigne une clé laissée dans la serrure. Ce détail a conduit la première d’équipe d’attaque du feu à pénétrer dans le brasier, à la recherche de victime. L’un des hommes, un caporal du centre de secours de Delle, s’est brûlé à la main. Il a été conduit par ses collègues au centre hospitalier de Belfort. « Il pensait trouver quelqu’un à l’intérieur », justifie le lieutenant-colonel Jeandemange…

     

    Pascal CHEVILLOT