• LE centre 15 reste temporairement ouvert

    Le centre de réception et de régulation des appels d’urgence de Belfort était menacé de fermeture. Hier le ministre de la Santé a confirmé son maintien.

    La décision paraissait déjà acquise depuis quelques jours, Xavier Bertrand, le ministre de la Santé, l’a confirmé hier soir : le centre « 15 » du Samu de Belfort est maintenu ; une décision qui annule celle prise le 24 juin dernier par la directrice de l’Agence régionale de la santé (ARS) : cette dernière avait sonné le glas du site belfortain en annonçant la mise en place d’une unique plateforme de régulation régionale à Besançon (notre précédente édition). Elus, tous bords confondus, et professionnels de santé avaient aussitôt réagi.

    Pour les médecins du Territoire qui se mobilisent depuis des mois, le maintien du centre « 15 » est évidemment une « très bonne chose ». « C’est une étape indispensable, résume Jacques Serzian, médecin libéral et initiateur d’une pétition lancée en juillet dernier. On garde un dispositif exemplaire qui devrait être étendu à tous les départements. »« Cela nous permet de sauvegarder un système qui marche, opérationnel et qui a fait ses preuves », renchérit Jean-Bernard Braun, le chef de service urgences-Samu de la cité du Lion.

    Les deux médecins ainsi que leurs collègues, Stéphane Darfin, praticien hospitalier responsable de la régulation et Denis Galli, permanencier auxiliaire de régulation médicale (Parm), étaient à Paris, hier, à l’invitation du député (UMP) Damien Meslot : ils ont rencontré le ministre de la Santé et son conseiller en fin d’après-midi.

    Cette entrevue, souligne l’élu, est l’épilogue de longues négociations et de plusieurs réunions. La décision qui a été prise est dit-il, une « décision politique, prise à ma demande par le ministre lui-même ». « Grâce à cette décision, notre Samu est conforté et nous pouvons conserver une offre de soins de qualité et de proximité. Cela conforte aussi notre futur hôpital médian qui verra le jour à l’horizon 2014-2015. »

    Reste maintenant à peaufiner la question de la « bascule ». L’annonce faite hier implique en effet un changement dans le fonctionnement du centre de régulation : les appels seront basculés sur Besançon pendant les heures creuses de la nuit. Jean-Bernard Braun plaide pour une mutualisation : le centre belfortain resterait actif la nuit, avec un permanencier qui transférerait les appels vers le médecin régulateur à Besançon. Le sujet, en tout cas, devra être évoqué avec l’ARS.

    Quid du projet de création d’un centre 15 à l’échelle de l’Aire urbaine ? Le site belfortain était appelé à réguler à terme l’ensemble du nord Franche-Comté – c’est en tout cas ce que prévoyaient les deux derniers schémas régionaux d’organisation sanitaire. Le sujet n’est plus d’actualité, pour l’heure. Belfort régulera les appels du Territoire et c’est tout.

    Ce qui ne devrait pas fâcher les sapeurs-pompiers du Doubs et de la Haute-Saône qui avaient très tôt fait connaître leur opposition à la mise en place d’une plateforme nord franc-comtoise.

    Le Pays du 02/02/2011