• Année 2010

    Nouvelles de 2010

    FC 24/12/2010

    Fêche-l’Eglise Voiture contre poids-lourd

    Un ensemble routier circulait, hier, à 12 h, sur le CD 463 entre Beaucourt et Delle, lorsqu’à l’entrée de l’agglomération, il a été doublé par une Golf. En face arrivaient trois voitures. La première a freiné fortement pour laisser se rabattre la Golf et la troisième, surpris par la manœuvre, a dérapé et a percuté le tracteur de l’ensemble routier. Légèrement blessé, le conducteur, un habitant de la localité, âgé de 38 ans, a été transporté aux urgences par les pompiers pour des examens d’usage. La circulation a été perturbée à cet endroit, régulée par les gendarmes de Beaucourt jusqu’à 14 h 40.


     

    PFC du 12/12/2010
    Fuite de gaz
    Les pompiers ont été appelés hier vers 13 h 30 pour une fuite de gaz au 53, rue du Docteur Julg à Beaucourt. En fait, un robinet avait été laissé ouvert dans un appartement. Par précaution, 17 personnes ont été évacuées de leur logement durant l’intervention.


    Nouvelle VL, le 16 novembre 2010
    Arrivée de la Fiat Qubo (VL) au 15 novembre. Ce véhicule remplace la VLC Peugeot Partner de 2007.


     

    Le nouveau CS Delle inauguré le samedi 16 octobre 2010

    Le CS Delle à été inauguré en présence de nombreuses personnalités.


    Samu Nord Franche-Comté,  Lepays.net du 19/08/2010
    Débat vif sur l’avenir du Samu nord Franche-Comté
    La CGT du centre hospitalier de Belfort-Montbéliard (CHBM) craint un « démantèlement ». La direction précise qu’aucune décision n’a été prise concernant le Samu 90.

    Le sujet est on ne peut plus sensible. Aussi, la CGT du centre hospitalier de Belfort-Montbéliard appelle le personnel à se mobiliser et à soutenir toutes les actions organisées « pour la sauvegarde du Samu 90 et à relayer la pétition initiée par les médecins généralistes du Territoire de Belfort ».

    Pourquoi tant d’émoi ? La CGT affirme que l’Agence régionale de santé (ARS) a dans un communiqué annoncé « sa volonté de fermer le Samu 90 et l’abandon du Samu Nord Franche-Comté. Les représentants du personnel du CHBM en ont été informés au comité technique d’établissement de juillet ».

    Les décisions ne sont pas encore prises« L’Agence régionale de santé, précise la CGT, a décidé de s’attaquer à ce service pour de strictes raisons de rentabilité financière. Tout appel au 15 émanant du Territoire aboutirait à Besançon et serait traité à distance par la régulation bisontine, comme c’est déjà le cas pour le Jura, la Haute-Saône et Montbéliard ».

    Interrogée, la direction du centre hospitalier répond qu’ « il est inexact de qualifier le processus actuel de démantèlement, pas plus que d’anticipation de décisions qui ne sont pas encore prises ».

    La direction du CHBM admet qu’ « une réflexion a effectivement été engagée sur l’avenir du Centre 15 du Nord Franche-Comté.

    À ce titre, l’ARS a demandé à notre établissement la constitution d’un groupe de travail avec le centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon pour étudier la faisabilité d’autres scénarios possibles. Le résultat de ce groupe de travail est attendu pour la fin de l’année 2010, ce qui permettra par la suite à l’ARS de prendre une décision. Sur le plan interne, la direction du CHBM a rencontré et informé le personnel qui pouvait potentiellement être concerné par une décision future de l’ARS ».

    « À cette occasion, conclut la direction du CHBM, certains personnels disposant de qualifications complémentaires se sont orientés vers un reclassement ».
    Jacques Balthazard


    Inondations à Réchesy, 16 Août 2010

    Intempéries

    Quelques inondations dans le sud du Territoire de Belfort
    De fortes pluies se sont abattues sur le Territoire de Belfort au cours de la nuit dernière. A Réchésy, dans le sud du département, la Vendeline a débordé, inondant deux rues et plusieurs habitations, dans le bas du village. Selon les Réchésiens la montée des eaux a été très rapide, au milieu de la nuit, vers 4 h. Ce matin en milieu de matinée sapeurs-pompiers et habitants s’employaient surtout à repousser les eaux autour de la maison situé 11 rue du Têtre, inondée par 20 cm d’eau. C’est la deuxième fois en l’espace de trois ans que l’habitation est touchée. La situation dans le reste du département est calme : les principaux cours d’eau sont restés dans leur lit, aucun n‘a atteint sa cote d’alerte. Les sapeurs-pompiers n’ont été sollicités qu’au matin, essentiellement pour des caves inondées  à Montreux-Château, Frais et Banvillars

    Source: lepays.fr du 16 Aout 2010


     

    Le 7 Août, Le Pays, page Beaucourt

    L’auteur des incendies en série qui ont eu lieu du 29 juillet au 2 août à Beaucourt sera jugé le 17 septembre. Le tribunal a demandé une expertise psychiatrique.
    C’est presque une « banale » histoire de plongée dans une délinquance inéluctable qui va sans doute conduire ce Beaucourtois de 21 ans en prison. Une nouvelle fois.

    Les faits qui lui sont reprochés ont été examinés hier par le tribunal correctionnel de Belfort en procédure de comparution immédiate, des incendies en série en récidive qu’il a accepté d’évoquer, succinctement, avant que les magistrats repoussent l’audience au 17 septembre, dans l’attente d’une expertise psychiatrique. C’est ce qui chiffonnait, hier, le président André Cheney : « Il faut vraiment que vous soyiez sous contrainte pour entreprendre quelque chose », lâche-t-il, à l’énoncé du parcours du jeune homme. Ce dernier paraît penaud, recroquevillé sur lui-même entre deux gendarmes, peu disert quand on lui pose des questions.

    Des « conneries » pour se calmerUne trajectoire presque « classique » : déscolarisé depuis la quatrième, il vit de petits boulots sans jamais aller au bout des formations entreprises. Il est actuellement pris en charge par sa maman, dans une famille recomposée, et a déjà touché à l’héroïne, une addiction pour laquelle il est soigné depuis son dernier passage en prison, en janvier dernier… Son casier compte quatre condamnations depuis 2008 et pratiquement à chaque fois, les mises à l’épreuve et obligations de soins n’ont pas été respectées : « J’ai déjà vu un psychologue mais j’ai arrêté », murmure-t-il. Alors, il met le feu pour tuer son ennui.

    « Ça ne se passe pas trop bien avec sa mère en ce moment, il s’énerve et va se calmer en faisant des conneries », relate le président, en citant le prévenu durant sa garde à vue. Les bêtises, même s’il n’a visiblement pas conscience de leur gravité, sont de plus en plus sérieuses : entre le 29 juillet et le 2 août, dans le même périmètre à Beaucourt, une serre dans une cour d’école, deux palissades, quatre containers à poubelle, notamment dans l’enceinte du collège, une mini-pelleteuse, une bâche de camion et trois véhicules chez un concessionnaire (notre édition d’hier) ont pris feu, détruits ou endommagés selon un procédé que le jeune homme n’a pas démenti : à chaque fois, il enflamme ce qui lui tombe sous la main, papier, tissus, avec un briquet et regarde brûler.

    « Il dit aimer la couleur des flammes mais ne se considère pas comme pyromane », ajoute le président. L’expert tranchera sans doute. Puisqu’il « ne sait pas pourquoi il fait ça », mais ajoute que « quand il sera en prison, ma mère sera tranquille », un examen a donc été demandé, le prévenu se trouvant, par son état de récidive, sujet à une peine plancher qui peut être de quatre ans. « Il montre un total détachement vis-à-vis des faits, je ne suis pas médecin, je ne peux me prononcer », indique Marion Fourdin, procureur de la République, qui sollicite un mandat de dépôt jusqu’à l’audience correctionnelle. « Rien ne l’arrête, si ce n’est son interpellation par les forces de l’ordre. » Me Haennig, pour la défense, tente bien de faire éviter la prison à son client, en alléguant des « pistes en insertion professionnelle, ou l’opportunité de couper avec Beaucourt », mais le tribunal décide un envoi en détention provisoire d’ici au 17 septembre. Le temps, aussi, d’aviser les parties civiles, dont certaines ont eu quelques mauvaises surprises à leur retour de congés.
    Karine Frelin (source : lepays.fr du 07/08/2010)


    Dramatique accident à Réchesy (le Pays du 4 Août)
    Réchésy : un enfant de deux ans écrasé par un camion
    Un enfant de deux ans et demi est mort cet après-midi à Réchésy (Territoire-de-Belfort) après avoir été percuté par un camion de travaux publics.

    Le drame s’est produit peu après 16h00, dans un lotissement de cette commune de près de 800 habitants, situé à une trentaine de kilomètres au sud-est de Belfort.

    L’enfant, qui jouait dans la rue avec son tricycle, se trouvait devant un camion de travaux publics à l’arrêt, garé près du domicile de ses parents, ont indiqué les gendarmes.

    En redémarrant, le conducteur n’a pas aperçu le garçonnet qu’il a alors percuté, selon la même source.

    L’enfant est mort sur le coup, ont expliqué les pompiers. Très choqué, le conducteur a été conduit à l’hôpital et les parents ont reçu une aide psychologique, a-t-on ajouté.

    Source : lepays.fr


     

    Course mucoviscidose (mise en ligne le jeudi 27 mai 2010)
    L’association YONNE ACTIONS à été reçue vendredi dernier (21 mai) par la ville et les pompiers

    La vingtaine de sapeurs-pompiers de Sens (Yonne) qui couraient afin de récolter des fonds pour lutter contre la mucoviscidose (voir article du 10 mai) ont été accueillis par les sapeurs-pompiers de Beaucourt et la ville de Beaucourt, en Mairie à 20H30.

    Le Maire de Beaucourt (Cédric Perrin) à reçu pour le pot de l’amitié les coureurs et les invités en salle du conseil à la Mairie. Puis direction el foyer Brassens où un excellent couscous préparé par les « mamans de l’espoir » nous attendait. Le service était assuré par les pompiers et la ville.

    Vers 23heures les coureurs prirent la direction du couchage, 3 au centre de secours et une quinzaine au sein du gymnase Vernier ou des lits de l’armée avaient été installés.

    Après une courte nuit de sommeil, tout le monde s’est retrouvé au centre de secours à 6 heures pour un petit déjeuner préparé par l’amicale.

    Les coureurs prirent le départ en direction de leur destination finale, Strasbourg, afin de clôturer leur périple.

    Félicitations aux coureurs et merci à la ville et à l’amicale qui ont permis d’organiser un excellent accueil à ces sportifs au grand cœur.
    Yonne action
    L’association « YONNE-ACTION » qui organise une course à pied SENS-CHAUMONT-BEAUCOURT-STRASBOURG sera accueillie par le centre de secours et la ville  de BEAUCOURT le

    VENDREDI 21 MAI 2010 à 20 heures

    25 personnes (dont 15 sapeurs-pompiers du SDIS89) participent à cette course qui à pour but de collecter des fonds au profit de la lutte contre la mucoviscidose.

    Tous les bénéfices seront reversés à l’association Vaincre la mucoviscidose et à l’association Grégory LEMARCHAL.

    Après le verre de l’amitié, le repas et une nuit de sommeil au centre de secours et dans un gymnase, les coureurs prendront le départ pour la dernière étape BEAUCOURT-STRASBOURG le samedi 22 mai à 7H30.

    VENEZ LES ENCOURAGER !!!
    Mis à jour ( Lundi, 10 Mai 2010 20:04 )


    Rapport d’activité du SDIS 90 (mise en ligne le 6 mai)
    Le rapport d’activité du SDIS 90 avec 8624 interventions à été rendu public le 29 avril dernier

    En savoir plus en visitant le site du SDIS 90


     

    Incendiaires interpellés
    Pays De Franche-Comté du 23/04/2010

    L’est républicain du 23/04/2010

    Accident VSAB Grandvillars (mise en ligne le 10 avril)
    Sévenans

    Il percute une ambulance des pompiers

    L’accident a eu lieu alors que les pompiers rentraient d’intervention. Les pompiers, qui revenaient de l’hôpital de Belfort, ont emprunté l’autoroute et sont sortis à Sévenans en direction de Delle, afin de rejoindre Grandvillars…

     


    LE SDIS PORTE PLAINTE (mise en ligne le 29 janvier)
    http://pompiers90.fr
    LE SDIS PORTE PLAINTE !

    Intervention à risques pour les sapeurs-pompiers de Beaucourt dans la nuit du 24 au 25 janvier 2010

    Vers 21 h, l’alerte est donnée pour un feu de véhicule se propageant à une camionnette et une poubelle. Rapidement sur les lieux, les sapeurs-pompiers du centre de secours de Beaucourt maitrisent l’incendie à l’aide d’une lance à débit variable (LDV 250).

    Lors du rangement de leur matériel, ils ont été la cible de projectiles qui fort heureusement ne les ont pas atteints ! La gendarmerie sur les lieux sécurise immédiatement la zone. Une fois l’intervention terminée, les sapeurs-pompiers de Beaucourt découvrent dans la voiture incendiée et la poubelle brulée, deux bouteilles de gaz de 13 kg !

    Ces bouteilles de gaz auraient pu exploser !…
    … menaçant ainsi la vie des sapeurs-pompiers en intervention !
    Afin de soutenir le personnel dans ses missions face à de tels actes d’incivilité, le SDIS du Territoire de Belfort a décidé de porter plainte contre « X » pour « violences contre personne chargée d’une mission de service public » et « mise en danger de la vie d’autrui »
    Vers 23h30, dans le même quartier des champs Blessoniers de Beaucourt, trois autres véhicules ont été incendiés.
    Source http://pompiers90.fr


    Feux de voitures (mis en ligne le 26 janvier)

    Le Pays : feux de voitures à Beaucourt
    Sapeurs-pompiers et gendarmes ont été fortement mobilisés, dimanche, de 21 h 20 à minuit, dans le quartier des Champs Blessonniers à Beaucourt.

    Tout d’abord, les pompiers interviennent à 21 h 15 pour éteindre un véhicule en feu, stationné 12, rue des Prières. Ils interviennent de la même façon à 23 h 42, au même endroit pour un autre véhicule en feu, puis à minuit, impasse des Champs Blessonniers. Au total, cinq véhicules seront détruits par le feu, dont quatre volontairement, l’incendie d’une des voitures s’étant propagé à une autre toute proche. Plusieurs patrouilles de gendarmes étaient sur les lieux, et, à 23 h, à la fin de la rencontre de Coupe d’Afrique, Algérie-Côte d’Ivoire, des groupes de jeunes assez excités se sont formés. Certains ont jeté des pierres sur les camions des pompiers, sans toutefois toucher ni les véhicules, ni les hommes du feu qui découvriront deux bouteilles de gaz dans un véhicule et dans une poubelle.

    Quatre des cinq véhicules appartiennent aux habitants du quartier, le cinquième avait été déclaré volé.

    L’enquête de la gendarmerie se poursuit, les militaires cherchant notamment à savoir pourquoi ces véhicules ont été incendiés.

    Source : Le Pays.fr


     

    Les détecteurs de fumée enfin obligatoire
    Mercredi, 20 Janvier 2010 01:00

    Prévention de l’incendie domestique :
    Enfin, les détecteurs de fumées deviennent obligatoires dans chaque habitation, à la grande satisfaction des sapeurs-pompiers.

    La Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France salue la décision des parlementaires qui, réunis en commission mixte paritaire en ce mercredi 13 janvier 2010, se sont mis d’accord sur un texte de loi définitif visant à rendre obligatoire l’installation de détecteurs de fumées dans toutes les habitations, collectives et particulières, principales et secondaires, neuves et anciennes. Cette installation devra être effective dans un délai de cinq ans maximum.
    Cette mesure, issue de la proposition de loi déposée en 2005 par les députés Damien Meslot et Pierre Morange et vivement soutenue par la Fédération, contribuera à réduire fortement le nombre de victimes d’incendies domestiques dans notre pays. En effet, alors qu’en France celui-ci ne cesse de croître jusqu’à avoir atteint, en 2008, 10 000 victimes dont 800 décès (parmi lesquels 1/3 d’enfants de moins de 14 ans), dans les pays où les habitations sont équipées à plus de 80% de détecteurs de fumées, le nombre d’incendie nécessitant l’intervention des sapeurs-pompiers et la mortalité des incendies domestiques ont baissé au moins de 50%.
    « Après la campagne de prévention menée par le Secrétariat d’Etat au logement en décembre dernier à laquelle nous nous sommes associés, c’est un grand pas en avant qui est réalisé aujourd’hui, explique le colonel Vignon, président de la FNSPF. Nous attendions avec impatience que les pouvoirs publics instaurent cette mesure de prévention simple et à bas coût dont l’efficacité est reconnue. »
    Pour savoir quel détecteur de fumée installer, les sapeurs-pompiers de France recommandent de vérifier la présence sur l’appareil du marquage NF EN 14604, gage de sécurité prouvant que le produit répond aux exigences minimales, et de donner la priorité aux critères de fiabilité et de qualité. Une fois le détecteur de fumées installé, ne pas oublier non plus de veiller à son entretien régulier et à son bon fonctionnement.
    En outre, la FNSPF est doublement satisfaite, car il est aussi prévu que des mesures spécifiques devront être mises en oeuvre dans les parties communes des immeubles pour prévenir le risque incendie. Ainsi, la sécurité incendie est enfin appréhendée de manière globale, au profit de nos concitoyens.
    Les sapeurs-pompiers de France sont prêts à apporter tout leur soutien et leur expertise à la mise en oeuvre de ces mesures.
    Source : FNSPF/communiqué de presse du 13 janvier 2010